Signes officiels de qualité AB IGP AOC AOP signification

AB, IGP, AOC, AOP : tout savoir sur les signes officiels de qualité et d’origine

Vous le savez : je suis attentive à la qualité des produits que je consomme. Cela dit, il ne m’a pas toujours été facile de m’y retrouver. Comment repérer les produits de qualité ? A quels signes officiels de qualité et d’origine peut-on se fier ? Comment s’assurer de la provenance d’un produit ? Ce sont tant de questions je me suis posée il y a quelques années et autant de réponses que je voulais partager avec vous aujourd’hui, en collaboration avec Alsace Qualité. Dans cet article, je décrypte pour ces signes officiels de qualité et d’origine un à un. A vous de les adopter (ou non) en fonction de vos valeurs et vos habitudes de consommation.

Agriculture Biologique

Signe officiel de qualité AB Eurofeuille

Facilement reconnaissable avec le logo «AB» ou l’Eurofeuille (logo européen), ce label bien connu certifie un niveau de qualité ainsi qu’un mode de production et de transformation respectueux de l’environnement, du bien-être animal et de la biodiversité. Il permet d’identifier les produits 100% bio (ou contenant au moins 95% de produits agricoles bio dans le cas des produits transformés).

Quels sont les critères d’un produit AB ?

L’Agriculture Biologique répond à un cahier des charges bien précis. Les règles qui encadrent le mode de production biologique sont les mêmes dans toute l’Union Européenne et doivent répondre à de nombreux critères  :

  • Aucune utilisation de produits chimiques de synthèse (pesticides, engrais, désherbants…)
  • Aucune utilisation d’OGM
  • Respect du bien-être animal (transport, conditions d’élevage, abattage…)
  • Pour les produits transformés, une quantité de 95 % au moins des ingrédients issus de l’agriculture biologique, comme mentionné ci-dessus.

Des produits qui sont donc meilleurs pour la santé et pour la planète ainsi qu’une agriculture qui vise à préserver la qualité des sols, la biodiversité, la qualité de l’air et de l’eau. La Terre-Mère nous remercie !

Tous les opérateurs de la filière bio qui participent à la fabrication d’un produit (production, transformation, stockage et distribution) sont contrôlés au moins une fois par an par des organismes certificateurs agréés par les pouvoirs publics français.

Les produits pouvant être certifiés «AB» sont les suivants : produits agricoles vivants ou non transformés (céréales, légumes, fruits, fleurs d’ornement, coton, lait, œufs, viande, volaille etc.), produits agricoles transformés destinés à l’alimentation humaine (pain, fromages, plats cuisinés etc.), aliments pour animaux ainsi que matériel de reproduction des végétaux et semences utilisées pour les cultures.

Les produits issus de la pêche d’espèces sauvages ne peuvent être certifiés AB car il n’est pas possible de contrôler l’alimentation et les conditions d’élevage de ces animaux, conditions nécessaires pour pouvoir les certifier.

L’eau et le sel n’étant pas des ingrédients agricoles, ils ne peuvent être certifiés biologiques.

Le Label Rouge

Signe officiel de qualité Label Rouge

On le repère assez vite avec sa pastille de couleur rouge : le Label Rouge. C’est un signe de qualité français qui désigne des produits qui, par leurs conditions de production ou de fabrication, ont un niveau de qualité supérieure par rapport aux autres produits similaires habituellement commercialisés. Comment est déterminée cette qualité supérieure ? Les produits sont tout simplement régulièrement analysés et testés (analyses sensorielles et tests organoleptiques) pour déterminer leur qualité.

Il faut savoir que, bien qu’il soit national, le Label Rouge est ouvert à toutes les denrées alimentaires ainsi qu’aux produits agricoles non alimentaires et non transformés quelle que soit leur origine géographique (y compris hors de l’Union européenne). Pour en savoir plus sur l’origine du produit, il convient donc de regarder sa provenance ou de vérifier la présence d’un label certifiant l’origine du produit.

Quels sont les critères d’un produit Label Rouge ?

Pour être labellisé, le produit doit répondre à un cahier des charges précis qui définit les caractéristiques du produit. Les critères pris en compte sont les suivants :

  • Les conditions de production, qui se distinguent des conditions de production des produits similaires habituellement commercialisés,
  • L’image du produit au regard de ses conditions de production,
  • Les éléments de présentation ou de service

Pour un certain nombre de produits alimentaires (viandes, charcuterie, volailles, œufs…), il existe une notice technique nationale qui définit les exigences minimales à respecter dans les cahiers des charges qui seront alors encore plus précis.

Voici un exemple de critères applicables aux volailles fermières d’Alsace IGP et Label Rouge (poulet, dinde, chapon) :

  • Des races rustiques à croissance lente, sélectionnées pour une bonne qualité de viande,
  • Un élevage en plein air, dans de grands espaces avec un parcours herbeux et arboré,
  • Une alimentation 100% végétaux, minéraux et vitamines, riche en céréales (75% minimum),
  • Une durée d’élevage plus longue que la normale (81 jours minimum VS 40 jours environ pour un produit non certifié).

Indication Géographique Protégée (IGP)

Signe officiel de qualité IGP

On le repère grâce à son macaron jaune et bleu. L’Indication Géographique Protégée (IGP) désigne un produit dont la qualité, les spécificités ou la réputation sont liées aux caractéristiques du lieu géographique et/ou aux savoir-faire de son origine géographique. Au moins l’une des étapes de la production et/ou transformation du produit doit être faite dans un lieu précis, avec des critères bien définis. C’est également un signe européen qui protège le nom d’un produit lié à son origine géographique (ex. la Choucroute d’Alsace IGP). Il donne donc une garantie sur le lieu de production mais aussi sur un savoir-faire.

Quels sont les critères d’un produit IGP?

Pour prétendre à l’obtention d’une IGP, une étape (au moins) parmi la production, la transformation ou l’élaboration d’un produit doit avoir lieu dans une zone géographique délimitée. A l’exception du vin dont toutes les opérations réalisées (depuis la récolte du raisin jusqu’à la fin du processus d’élaboration du vin) doivent être réalisées dans la zone géographique concernée.

Voici un exemple de critères applicables à la Choucroute d’Alsace IGP :

  • Le chou doit être cultivé sur des sols caractérisés pour garantir une typicité liée au terroir Alsacien
  • Elle doit être produite en Alsace dans des entreprises familiales depuis plusieurs générations selon un savoir-faire ancestral totalement préservé
  • Le maintien de la culture emblématique du chou doit être assuré pour préserver le paysage caractéristique de la région
  • Des variétés de chou blanc pommé spécifiquement sélectionnées et cultivées en Alsace doivent être utilisées pour réaliser la choucroute d’Alsace IGP.

L’Appellation d’Origine Protégée (AOP)

Signe officiel de qualité AOP

L’Appellation d’Origine Protégée désigne un produit dont TOUTES les étapes de fabrication (production, transformation et élaboration) sont réalisées dans une même zone géographique selon un savoir-faire reconnu. C’est ce qui la différencie de l’IGP. Là encore, un cahier des charges bien défini est à respecter. C’est un signe qui protège le nom du produit dans toute l’Union européenne.

Exemple : Munster AOP

L’Appellation d’origine contrôlée

Signe officiel de qualité AOC AOP

L’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC), repérable à son macaron jaune et rouge, désigne un produit qui répond aux mêmes critères que l’AOP ; à la différence près que le nom de celui-ci est protégé sur le territoire Français mais ne l’est pas (encore) au niveau europpéen. L’AOC permet également de certifier des produits qui ne pourraient pas l’être via l’AOP (comme le bois par exemple). Du côté du vin, l’AOC est une mention « traditionnelle » : elle peut donc être reconnue et protégée au niveau européen. C’est le cas des vins et crémants d’Alsace AOC par exemple.

NB : ce n’est pas parce qu’un produit n’est pas labellisé qu’il n’est pas de qualité ou produit dans de bonnes conditions. Je pense notamment aux petits producteurs, qui n’ont pas toujours la possibilité de labelliser leurs produits. Il s’agira alors de se renseigner sur les conditions de production directement auprès du producteur en question. Dans la grande distribution en revanche, je préfère me tourner vers les produits certifiés qui correspondent à mes valeurs.

Sources d’informations :

Article sponsorisé par Alsace Qualité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

S'inscrire

Mot de passe perdu